Wednesday 29th of January 2020

Last publications

Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider
Enquête sur l’éducation sexuelle en milieu scolaire
Rapport National sur l'Etat de la Population 2014
Projections Démographiques
Brochure Journée Mondiale de la Population 2015
Labour Day 2019
From the theme of the day, BUCREP brought out its slogan which states: WE ARE PROUD OF BEING WORKERS IN BUCREP, OUR RIGHTS ARE PROTECTED
BUCREP RECEIVES SPECIAL GUEST
At exactly 11am on 31 January 2019, Dr Francial Giscard LIBENGUE DOBELE0-KPOKA, the new Director-General of ISSEA arrived in the BUCREP building at Ndamvout.
PRESENTATION OF NEW YEAR WISHES
The traditional ceremony for the presentation of New Year wishes to MINEPAT took place on 30 January 2019 at the Yaounde Conference Centre. Read more...
INTERNATIONAL DAY FOR ELDERLY PERSONS: BUCREP’S COMMITMENT
The 28th edition of the International Day for Elderly Persons (JIPA 2018), which takes place on 1 October every year, was celebrated at the esplanade of the National Museum in Yaounde, under the theme: “Challenges and Opportunities of Ageing”.
WORLD POPULATION DAY
Activities marking celebrations of the 2018 World Population Day took place in Bertoua on 10 and 11 July 2018. On 11 July 2018, the Central Bureau for Censuses and Population Studies (BUCREP) went to the ceremonial ground of the East region to participate at the march past, where the entire staff marched in their colourful 4th GPHC attire.

News

Résumé - Situation socioéconomique des personnes vivant avec un handicap

tome13

 

Rédacteurs:

M. AHANDA Jean Marie, Démographe
M. MBOUYAP K. Yves-Merlin, Démographe
 
 
Résumé:
 

L’étude du thème « Situation socioéconomique des personnes vivant avec un handicap » s’inscrit en droite ligne de l’objectif n°10 du 3ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat (3ème RGPH) relatif au plaidoyer en faveur des populations vulnérables.

 

Les indicateurs sur le handicap présentés ici ont été obtenus à partir des informations recueillies auprès de l’ensemble de la population du Cameroun lors du dénombrement de novembre 2005. Il s’agissait de savoir, pour chaque membre résident d’un ménage recensé, si oui ou non il souffre d’un des huit handicaps majeures retenus à cette occasion. Cette question permettait donc de savoir si le recensé était sourd, muet, aveugle, Infirme des membres inférieurs, Infirme des membres supérieurs, malade mental, lépreux ou albinos.

 

A l’issu du traitement des informations sus évoquées, il en ressort qu’en novembre 2005, on a dénombré 262119 personnes vivant avec au moins un handicap dont 127738 femmes et 134738 hommes, soit des taux de prévalence du handicap de 1,5%pour l’ensemble; 1,5%pour les femmes et 1,6% pour les hommes dans la population résidente du Cameroun. Le milieu rural a un taux plus élevé (1,7%) que le milieu urbain (1,3%). Les hommes représentent 51,4% des personnes handicapées contre 48,6% de femmes. Les personnes handicapées représentent 1,3% de la population urbaine et 1,7% dans la population rurale. Les résultats du 3ème RGPH confirme que la prévalence du handicap dans la population du pays augmente avec l’âge, sans doute à cause des maladies incapacitantes qui augmente également avec l’âge ; la population de moins de 15 ans a une prévalence de 1,0% tandis que celle de plus de 60 ans est à un taux de 5,7%. La population masculine a des taux de prévalence supérieurs à ceux des femmes quel que soit le milieu de résidence. En milieu urbain la prévalence dans la population masculine est de 1,4% contre 1,3% dans la population féminine et en milieu rural elle est de 1,8% dans la population masculine contre 1,7% dans la population féminine. Par type de handicap, les sourds sont les plus nombreux parmi les personnes handicapées avec un taux de prévalence de 38,8% suivis par les infirmes des membres inférieurs (15,3%), les muets (14 , 3%), les aveugles (10,9%), les lépreux (6,7%), les infirmes des membres supérieurs (6,3%), les malades mentaux (6,3%) et en fin, les albinos (1,4%). Par région, les taux de prévalence se présentent comme suit : Adamaoua (0,9%), Centre (1,6%), Est (1,3), Extrême-Nord (1,6%), Littoral (1,5%), Nord (1,2%), Nord-Ouest (1,9%), Ouest (1,8%), Sud (2,6%) et Sud-Ouest (1,6%). C’est donc l’Adamaoua (0,9%) qui enregistre le taux de prévalence le plus faible alors que la région du Sud enregistre le taux le plus élevé (2,6%).

 

S’agissant de la présence de plusieurs types de handicaps chez une même personne, près d’une personne handicapée sur quatre vit avec au moins deux handicaps (23%). Cette proportion est également plus élevée en zone rurale (26%) qu’en zone urbaine (19%). Par contre, les femmes handicapées semblent bien plus touchées par le handicap multiple (25%) que les hommes handicapés (21%). Dans certaines régions, trois personnes sur dix ont plusieurs types handicaps ; il s’agit des régions de l’Ouest (32%), du Nord-Ouest (30%), de l’Adamaoua (29%) et du Sud (27%).

 

La scolarisation des enfants handicapés souffre de leur condition. Les taux nets de scolarisation des jeunes handicapés sont de 69,9% pour l’ensemble, 77,3% pour les garçons et 77,2% pour les filles en milieu urbain contre 66,4% pour les garçons et 63,7% pour les filles en milieu rural. Ces taux se présentent comme suit par régions : Adamaoua (45,3%), Centre (76,6%), Est (66,1%), Extrême-Nord (62,8%), Littoral (81,8%), Nord (55,7%), Nord-Ouest (72,2%), Ouest (78,9%), Sud (75,3%) et Sud-Ouest (76,0%). Mis à part le cas des régions de l’Extrême-Nord et du Nord où la scolarisation des enfants handicapés ne semble pas entravée par leur handicap, le taux de scolarisation de ces enfants dans les autres régions est en dessous de la moyenne d’ensemble des taux de scolarisation des enfants dans ces régions. Ces faibles niveaux comparatifs de taux de scolarisation dans le primaire des enfants vivant avec un handicap induit au final de faibles niveaux comparatifs d’instruction et d’alphabétisation chez les personnes handicapées. Les muets, les malades mentaux et les aveugles sont les plus défavorisés en matière de scolarisation.

 

S’agissant des activités économiques des personnes vivant avec un handicap, les niveaux de leurs taux d’activité sont plus faibles et se présentent comme suit : 46,5% pour l’ensemble, 53,0% pour les hommes et 39,3% pour les femmes. Selon le milieu de résidence, le taux d’activité en milieu urbain est de 43,1% et de 48,9% en milieu rural ; les taux de chômage sont de 16,4% pour l’ensemble des personnes vivant avec un handicap, 16 ,5% chez les hommes et 16,1% chez les femmes alors que selon le milieu de résidence, le taux de chômage est plus important en milieu urbain (29,7%) qu’en milieu rural (7,7%). Selon les branches d’activité, la majorité des personnes handicapées se retrouve dans l’agriculture, la sylviculture, la chasse et la pêche où elles sont présentes à 71,1% pour l’ensemble, 90,6%en milieu rural et 29,1%en milieu urbain. Selon le statut dans l’emploi, les personnes handicapées sont en grande partie indépendantes comme on peut le constater : 10,7% parmi elles sont salariés permanents, 8,3% salariés temporaires, 0,4% employeurs, 70,4% indépendants, 9,9% aides familiaux, 0,2% apprentis rémunérés et 0,1% apprentis non rémunérés. Etant en majorité indépendantes ,les personnes handicapées ont aussi des taux de salarisation assez bas, soit 19,0% dans l’ensemble, 23 ,4% chez les hommes et 12,7% chez les femmes, 8,8% en milieu rural et 39,8% en milieu urbain. Selon les secteurs d’emploi, les personnes handicapées sont présentes à 10,4% dans le secteur formel ou moderne, 26,1% en milieu urbain et 2,6% en milieu rural; 21,6% dans le secteur informel non agricole, 47,1% en milieu urbain et 9,0% en milieu rural; dans le secteur informel agricole, elles se retrouvent à 68,0% pour l’ensemble, 26,8% en milieu urbain et 88,3% en milieu rural.

 

Au Cameroun, le handicap semble ne pas être un obstacle au mariage. La situation matrimoniale des personnes vivant avec un handicap est la suivante : célibataires (37,0%) des personnes vivant avec un handicap, mariés (47,8%), unions libres (3,8%), séparés (1,3%), divorcés (2%), veufs/veuves (8,8%). Selon le milieu de résidence, la répartition est la suivante : célibataires (37,0%) en milieu urbain et (25,4%) en milieu rural, mariés (47,8%) en milieu urbain et (53,3%) en milieu rural, unions libres (3,8%) en milieu urbain et (3,1%) en milieu rural, séparés (1,3%) en milieu urbain et (2,0%) en milieu rural, divorcés (1,2%) en milieu urbain et (1,7%) en milieu rural, veufs/veuves (8,8%) en milieu urbain et (14,5%) en milieu rural. De plus, il y a moins d’union libre chez les personnes vivant avec un handicap que dans l’ensemble de la population. Par contre, les personnes vivant avec un handicap sont plus touchées par les ruptures d’union. En effet, on dénombre chez eux : 1,7% de séparés, 1,5% de divorcés et 12,1% de veufs contre respectivement 1,0%, 0,9% et 5,2% dans l’ensemble de la population.

 

Parmi les personnes handicapées 84578 ont été dénombrées chefs de ménage, soit 2,5% de tous les chefs de ménage du pays. Cette proportion est de 2,0% en milieu urbain et 3,1% en milieu rural. Parmi les chefs de ménage vivant avec un handicap, les hommes sont les plus nombreux (73,2%) contre 26,8% de chez de ménage handicapés de sexe féminin. On a également constaté que les conditions de vie dans les ménages dirigés par une personne vivant avec un handicap sont moins confortable quels que soient le sexe du chef de ménage et le milieu de résidence.

 

Toutes ces informations et bien d’autres sont contenues dans le tome 13 des analyses thématiques du 3ème RGPH.
 

Newsletter

Visitors

Today
This week
All
147
1773
2082096

Contact

  • BUCREP
  • PO BOX 12932 Yaounde-Cameroon
  • Email: contact@bucrep.cm
  • Phone: (237) 222 20 30 71

Write us

.